Vigie Matières premières : un outil d'aide à la décision et de suivi du contexte des matières premières agricoles

Soja

  • Surveiller et hiérarchiser les données du marché
  • Voter pour se repérer et se comparer
  • Anticiper par des simulations prospectives

Lire la suite...

 

Edito du mois

ça chauffe !

La température monte, et pas que dans les champs.

Coté économie, le risque sur la Deutsche Bank et les banques italiennes devrait créer une onde de choc sur l'euro et raviver les tensions internes dans l'U.E. Coté politique, les élections américaines de novembre modifieront sans doute peu la donne agricole US si Hillary Clinton est élue, mais ne sera pas sans remous si son adversaire l'emporte.  Coté marchés agricoles, les contextes de prix bas sont toujours prétexte à raviver les tensions entre "partenaires". La plainte déposée par les USA à l'encontre des aides agricoles chinoises, semble avoir passablement énervé l'Empire du Milieu. Les rétorsions ne se font pas attendre (DDGS, soja), même si elles ne disent pas leur nom. La Russie emploie aussi le chantage dans le dossier égyptien (pas de blé vendu, pas de légumes achetés !), ramenant celle-ci à la raison...Bref, ça chauffe.

Patricia Le Cadre

rédigé le 29 septembre 2016

Accrochez vos ceintures !

Difficile de choisir un angle d’attaque ce mois-ci, tellement les choses se précipitent. Les fondamentaux agricoles restent désespérément haussiers avec une Nina qui s’avère historique et devrait continuer à nous occuper un bon moment. Historique aussi sera la bataille entre productions pour grappiller des hectares supplémentaires...Car contrairement à 2007/08, toutes les cultures, du maïs au coton en passant par le blé, le sucre ou le soja ont besoin de voir leur production augmenter. Et si nous passons à la sphère économique, là encore la sérénité n’est pas de mise. Le putsch allemand que nous sommes en train de vivre sur la gouvernance économique de l’U.E pourrait être décisif pour l’évolution des marchés obligataires, boursiers et monétaires...De quoi laisser la volatilité en tête du hit parade des mots les plus utilisés en 2011.

 

Point de route du mois

Mise en ligne le  30 septembre 2016

Protéines : la dépendance au soja (US surtout) continuera à s'accroître jusqu'au printemps prochain. Vu le faible % d'huile dans la graine de soja, cela implique une très forte production de tourteaux qu'il faudra écouler. L'Oil share devrait donc être condamnée à rester élevée pendant 6 mois. Pour en savoir plus...

Energie : la production mondiale de céréales est estimée à un record de 2 069 Mt, en hausse de 69 Mt par rapport à 2015/16. Face à cela, et grâce aux prix très bas actuels, la demande devrait nettement progresser mais insuffisamment pour éviter aux stocks de report de s'alourdir une fois de plus. Le marché du blé semble, au premier abord, largement plus lourd que celui du maïs. Cependant, le point de vue change réellement lorsque nous raisonnons les réserves mondiales hors stocks chinois. Sans eux, les réserves mondiales de blé restent stables cette saison alors que celle de maïs progressent de 15 Mt. Pour en savoir plus...

Météo : la Nina reste à surveiller, comme en témoigne la soudaine progression du SOI. Le manque de pluies et les températures au dessus des normales saisonnières impactent maïs et tournesol sur le continent européen, ainsi que les cultures d'hiver déjà semées. Ailleurs, la vigilance s'impose aussi, notamment en Chine et en Australie. Pour en savoir plus...

Commodités : les commodités ont retrouvé la faveur des investisseurs. Pour la première fois depuis 2007, les matières premières non agricoles font mieux que les actions. Malgré les récentes prises de bénéfices, l’indice Dow Jones Commodity Energy & Metals gagne 12 % sur 2016. Cette reprise est plus qu’un rebond technique, si on en juge par un marché à terme en report .Pour en savoir plus...

Economie : voilà huit ans que les banques centrales jouent avec le feu. La création monétaire à grande échelle n'a pourtant pas eu les effets promis auprès des entreprises et de l'homme de la rue, à savoir relancer la croissance et l'emploi. Elle a seulement généré une inflation de l'immobilier, des actions et des obligations, c'est à dire permis d'enrichir ceux qui ont accès à ce type de produits. A force d'avoir gaspillé les minutions anti-crise et abouti à des politiques de taux zéro incitant les banques à prendre toujours plus de risques, nous nous retrouvons face à des banques potentiellement plus dangereuses que Lehman Brothers en 2008. La Deutsche Bank et la Monte dei Paschi, sont les deux banques européennes les plus en danger actuellement, risquant de faire sauter les plombs du système financier mondial. Pour en savoir plus...

Devises : après le calme, la tempête ? Ne nous endormons pas sur la faible volatilité dont on fait preuve les devises depuis deux mois. Les inquiétudes sur les bancaires européennes, l'intégration du yuan dans les DTS, mais aussi l'approche des élections américaines devraient donner du grain à moudre aux investisseurs. L'euro reste mal positionné face aux devises Mer Noire et sud-américaines, ne facilitant pas la tâche des exportateurs de grains. Pour en savoir plus...

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE

Les acheteurs doivent profiter de la trêve des confiseurs pour remplir leur hotte. Les fondamentaux des marchés des céréales restent haussiers, mais nous assisterons à des corrections liées aux liquidations des hedge funds chaque fois qu’une nouvelle perturbera le marché du Forex. La dernière en date a entraîné un réarbitrage entre les positions short en dollars et longues en grains. Blé et maïs dévissent alors ensemble, tout en respectant un ratio lié à leur utilisation. Mais la consolidation est rapide (surtout en blé de qualité), car les utilisateurs sont toujours là pour profiter de cette opportunité. En effet nous ne sommes pas encore à des niveaux de prix qui rationnent la demande. Si le maïs est le produit dont le bilan mondial est le plus tendu, c’est cependant le blé qui doit reprendre la main. Le maïs ne peut en effet pas continuer à monter sur le Cbot si le blé ne donne pas de nouvelle impulsion. Nous avons pour l’instant atteint le seuil critique du ratio blé/maïs aux USA. Face à cela, le blé français doit s’adapter, en fonction de la parité monétaire seulement. Le fret ne peut plus faire la différence.

 
Utilisateur
Citation du mois

zwzeig

“La peur est pire que la punition, car cette dernière est précise importante ou minime, elle est toujours préférable à la tension horrible et diffuse de l'incertitude.

Stefan Zweig