La valse des stocks chinois

Le silence qui a accompagné la révision des stocks chinois par le Conseil International des Grains en décembre 2017 à l’occasion de sa prospective à 5 ans est assourdissant. Alors que les investisseurs ont des réactions épidermiques dès que les réserves mondiales gagnent ou perdent 1 Mt, nous parlons ici d’une remise à niveau de 100 Mt !! Une paille qui n’a fait broncher personne. Nous voilà donc à 314 Mt de réserves mondiales, alors que l’Usda table toujours sur 203 Mt. Le coup de baguette statistique du CIC est expliqué par une surévaluation de la consommation intérieure chinoise qui a donc été remise à niveau, permettant ainsi de publier un bilan mondial à 5 ans qui se serait avéré explosif sans cette mise au point ! L’organisme avoue pourtant que les informations en provenance de la Chine restent d’une opacité rare. Le problème c'est que le bilan mondial du maïs est loin d’avoir la même allure sur le court et moyen terme selon que l’on se base sur l’Usda ou le CIC.  Alors, qui croire ?

Patricia Le Cadre

rédigé le 26 février 2018

Accrochez vos ceintures !

Difficile de choisir un angle d’attaque ce mois-ci, tellement les choses se précipitent. Les fondamentaux agricoles restent désespérément haussiers avec une Nina qui s’avère historique et devrait continuer à nous occuper un bon moment. Historique aussi sera la bataille entre productions pour grappiller des hectares supplémentaires...Car contrairement à 2007/08, toutes les cultures, du maïs au coton en passant par le blé, le sucre ou le soja ont besoin de voir leur production augmenter. Et si nous passons à la sphère économique, là encore la sérénité n’est pas de mise. Le putsch allemand que nous sommes en train de vivre sur la gouvernance économique de l’U.E pourrait être décisif pour l’évolution des marchés obligataires, boursiers et monétaires...De quoi laisser la volatilité en tête du hit parade des mots les plus utilisés en 2011.