Juger Donald Trump à l’instantanéité de ses tweets, c’est occulter qu’il est un des rares hommes politiques à inscrire ses actions dans le temps long. La démondialisation en cours n’est pas un caprice qui ne durera que le temps d’un demi-mandat. Si le président sort renforcé des élections de novembre (et il est bien parti pour cela), l’« America Great Again » va continuer à imprimer son rythme sur tous les marchés. Les choix de l’administration Trump sont dangereux pour l’économie mondiale. Le financement du déficit public US ne peut plus passer par la FED qui réduit la voilure. Voilà donc les investisseurs qui quittent les pays émergents pour chercher du rendement aux USA. La Turquie, l’Argentine sont les premières à tomber, et l’effet de dominos est difficile à prévoir. Les marchés agricoles sont en première ligne et les cartes sont en train d’être redistribuées. Sur le marché du soja, il y aura un avant et un après…

Patricia Le Cadre

rédigé le 28 septembre 2018

Accrochez vos ceintures !

Difficile de choisir un angle d’attaque ce mois-ci, tellement les choses se précipitent. Les fondamentaux agricoles restent désespérément haussiers avec une Nina qui s’avère historique et devrait continuer à nous occuper un bon moment. Historique aussi sera la bataille entre productions pour grappiller des hectares supplémentaires...Car contrairement à 2007/08, toutes les cultures, du maïs au coton en passant par le blé, le sucre ou le soja ont besoin de voir leur production augmenter. Et si nous passons à la sphère économique, là encore la sérénité n’est pas de mise. Le putsch allemand que nous sommes en train de vivre sur la gouvernance économique de l’U.E pourrait être décisif pour l’évolution des marchés obligataires, boursiers et monétaires...De quoi laisser la volatilité en tête du hit parade des mots les plus utilisés en 2011.